Accueil du site > ACTUALITÉS > D.I.G : La Dynamique Interactionnelle du Geste / “Making sense (...)
D.I.G : La Dynamique Interactionnelle du Geste / “Making sense together”

PROGRAMME COMPLET

22-23 SEPTEMBRE 2016, CNRS POUCHET,59 rue Pouchet, Paris 75017, France

L’étude du geste et de la gestualité s’est initialement inscrite dans une perspective sémiotique Où les gestes sont perçus comme des actions corporelles visibles communiquant des messages particuliers (Kendon, 2004). Dans une approche différente, issue de la tradition philosophique, le geste est considèré comme une activité émergente qui se définit elle­même (et par là­même sans pré­definition ni formelle ni structurelle), dynamique et dont le sens n’est pas externe mais intrinsèquement lié à l’acte physique ou mental (physical or mental) act (cf. Merleau­Ponty 1962, Deleuze 1981, Chatelet 2000). Les gestes alors ne peuvent être pensés isolément d’un contexte d’intersubjectivité et d’intercorporalité, dans la mesure où ils sont intrinséquement interactionnels. Essentiellement phenomenologique, cette approche pré­sémiotique des gestes souligne le rôle essentiel de l’expérience pour l’émergence et la theorisation des gestes ( ?).

Le point de vue présémiotique sur la gestualité offre une perspective d’approche unifiée (ou # ?) des gestes non seulement à travers les langues (langues des signes, gestes co­verbaux) mais aussi dans des domaines non­verbaux ou non linguistiques (ou ainsi présumés) tels que la musique, la danse, les arts visuels, et offre une opportunité de faire se rejoindre des approches à la première et à la troisième personne sur ce phénomène. Cette perspective émergentiste prend de l’ampleur dans l’espace scientifique avec le developpement des approches énactive, incarnée, interactionniste et située de la cognition (Fuchs & De Jaegher 2009, Thompson 2010). Pour autant, le projet de transformer cette approche théorique philosophique en un programme de recherche expérimentale ainsi que la tentative de réunir ces approches pré­et sémiotique n’en sont qu’à leurs balbutiements. Les principales questions de recherche sont les suivantes : ­ Comment formaliser les relations post­saussuriennes entre forme et sens inhérentes au geste ? ­ Comment rendre compte de la notion de contexte dans lequel le geste émerge ? ­ Comment fait­on sens à plusieurs dans le mode gestuel ? Quelle est alors la place de l’interaction, de la co­construction dans ce processus dynamique ? ­Comment identifier (quantifier, annoter) les gestes émergents dans une référence à la troisième personne ? ­Comment interroger de manière systématique le cadrage à la première personne de la gestualité ? ­ Comment exploiter les technologies liées à la capture de mouvement pour étudier la gestualité ? ­ Quel nouvel éclairage apporte la mocap sur les questions de co­articulation, de synchronisation entre articulateurs mais aussi entre ‘inter­gestulisants’ ? Pendant ces deux journées d’étude, nous souhaitons réunir des chercheurs et des praticiens qui étudient la gestualité et la communication gestuelle, que ce soit dans le domaine linguistique ou non, pour présenter et discuter de leurs projets respectifs et pour partager des questionnements, des outils et des perspectives afin de faire émerger de nouvelles questions, méthodologies et synergies potentielles. Ces journées d’étude constituent la première action concrète d’une nouvelle initiative de recherche dessinée par des chercheurs du laboratoire SFL (CNRS-Paris8) et LIAS, intitulé DIG (pour Dynamique Interaction et Gestualité). La première journée sera consacrée à des présentations et discussions autour des projets des membres de cet axe DIG (labodanse, CIGALE http://cigale.labexartsh2h.fr/ notamment). La seconde journée sera l’occasion d’entendre des conférences invitées, d’assister à des sessions de communications affichées, démonstrations et discussions. Les journées sont bilingues (français/anglais) et une interprétation LSF peut être envisagée si elle est sollicitée.

Le programme des journées d’étude comprend trois sessions de trois présentations de 15 minutes suivies d’une discussion, ainsi qu’une session posters.

Organisateurs Asaf Bachrach, Marion Blondel, Dominique Boutet and Coralie Vincent