CONCORDANSE

"Au bois dormant...ou...à écrire le corps..."

Théâtre Le colombier ; Bagnolet Vendredi 18 et samedi 19 avril 2008

La rencontre dansée de duos singuliers entre adolescents autistes. Quand rien ne vient de la parole, il vient toujours du corps. Un corps hors de lui même. " les mots ne doivent pas parler pour le corps mais le corps pour les mots." Faire danser un autiste- en dansant avec lui, en le dansant- c’est chercher du dehors celui qui est dedans. Il s’agit de faire corps pour faire sens et signe à la fois.

Thierry Thieu Niang / chorégraphe Thierry Thieû Niang danseur et chorégraphe rassemble une équipe artistique de professionnels et d’amateurs, d’enfants et d’adultes autour de projets - danse, musique, arts visuels, philosophie et littérature- sur la thématique du territoire du corps et du corps du territoire en une pluralité d’actions comme des écrits et des pratiques, des rencontres et des ateliers, des formes improvisées et spectaculaires. La compagnie, implantée à Marseille, travaille aussi bien dans des écoles élémentaires que des hôpitaux, des écoles d’art, des maisons de retraite sous forme d’ateliers de pratique et de recherche chorégraphique et de parcours interdisciplinaires en partenariat avec différentes structures culturelles et des lieux de création et de vie plus inhabituels - friches, zones rurales, hôpitaux, musées, prisons. Cette saison, il collabore aux créations « De la maison des morts » opéra de L. Janacek (mise en scène Patrice Chéreau et direction musicale Pierre Boulez à Vienne, Amsterdam, Aix- en- Provence, New York et Milan) ; « Le chemin de Damas » d’ A. Strindberg (mise en scène François Rancillac à la Comédie de St- Etienne) et à la mise en espace de la lecture de « La douleur » de Marguerite Duras avec Dominique Blanc et Patrice Chéreau à Genève, Sceaux et Reims. Lauréat de la Villa Médicis Hors les Murs au Viêt-nam en 1994 et de la Fondation Unesco / Aschberg au Kenya en 2004, il est invité à plusieurs colloques nationaux autour de la question du mouvement chez les autistes.

Marie Desplechin / écrivain Après des études de Lettres, Marie Despleschin devient journaliste free-lance avant de se consacrer presque exclusivement à l’écriture de romans et de nouvelles pour adultes et enfants. Après « Le Sac à dos d’Alphonse » et « Rude samedi pour Angèle », la romancière publie en 1995 « Trop sensibles », un recueil de nouvelles très remarqué. Son premier roman pour adulte « Sans moi », connaît un vif succès. Suivront des univers aussi variés que les relations mère-fille dans « Verte », le monde de l’imaginaire dans « Dragons » ou l’éducation d’une jeune fille au XIXe siècle dans « Satin grenadine ». Elle obtient le Prix Médicis 2005 (catégorie essais) avec « La Vie sauve ». Elle participe à des recueils collectifs, aux publications de la nouvelle maison d’édition l’Estuaire. Par ailleurs membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de la non-violence, Marie Desplechin publie régulièrement des articles dans l’Express depuis 2006. Patrice Chéreau, metteur en scène, et Benjamin Dupé, musicien, les accompagnent pour inventer une écriture scénique de ce mouvement singulier.