Jean-Michel Basquiat

"Picasso est venu à l’Art primitif pour redonner ses lettres de noblesse à l’Art Occidental et moi je suis venu à Picasso pour donner ses lettres de noblesse à l’Art dit primitif." Jean-Michel Basquiat

Son oeuvre

Jean-Michel Basquiat est un peintre majeur des années 80 et une figure emblématique de la figuration libre, il a tout pour devenir un mythe : artiste afro-américain, il connaît une carrière explosive, consume sa vie et meurt prématurément à l’âge de 27 ans d’une overdose. Il se fait connaître par ses Graffitis, à la fois humoristiques et énigmatiques sur les murs de Soho - qu’il signe sous le pseudonyme SAMO (Same Old Shit) -, puis fait irruption avec fulgurance dans le marché international de l’art.

Ami et collaborateur d’Andy Wahrol, il devient rapidement l’un des artistes les plus en vue. Ses oeuvres témoignent d’une force interne avec une écriture violente, des signes sauvages et élémentaires. Poète du fragment, il réalise de vastes collages où les images, les signes et les mots s’entrechoquent. Il peint l’histoire du peuple noir, le jazz et les jazzmen qu’il vénère, les réalités urbaines et le corps humain, trace encore vive du traumatisme de l’accident de voiture dont il fut victime à l’âge de 7 ans. La mort est omniprésente dans son oeuvre, comme un présage. A la croisée des chemins entre la transavant-garde italienne et les « nouveaux sauvages » berlinois, Jean-Michel Basquiat marquera par son style le renouveau de la scène artistique new-yorkaise des années 80.

JPEG - 33 ko
Graffiti (1976), Jean-Michel Basquiat
JPEG - 28.9 ko
Graffiti (1977), Jean-Michel Basquiat
JPEG - 10.9 ko
Graffiti (1978), Jean-Michel Basquiat
JPEG - 25.3 ko
Graffiti (1979), Jean-Michel Basquiat

"Geste d’artiste"

Jean-Michel Basquiat est un artiste contemporain des années 80. Son oeuvre se divise en deux périodes.

- Les Graffitis
- La peinture

Toutes deux sont marquées par la gestuelle.

Depuis son enfance, Basquiat porte un intérêt particulier pour l’Art. De 1976 à 1979, il fait des graffitis sur les murs de Soho, signés sous le pseudonyme de SAMO. Ce support lui permet l’éclatement des limites de la peinture de chevalet. Les principaux messages graffés sur ces murs sont, pour la plupart, une critique de la société de consommation de masse. Cette peinture gestuelle, qu’est le graffiti, est le premier "geste d’artiste" de Basquiat car les graffitis sont des messages écrits et destinés à être lus. La forme de cet art conceptuel annonce le passage à la peinture chez Basquiat.

À partir des années 80, Jean-Michel Basquiat se lance dans la peinture. Celle-ci est proche de l’expressionnisme. Dans le contenu de ses œuvres, se distinguent des aspects agressifs. Des mots apparaissent dans ses toiles, leur écriture est violente ; même les couleurs, pour une grande partie chaudes, traduisent cette violence. L’atiste porte un intérêt particulier pour l’anatomie, conséquence de son accident de voiture à l’âge de sept ans. Le corps devient donc le seul et véritable objet dans sa recherche. Aussi, la mort est un thème qui revient fréquemment dans les toiles de Basquiat. Ce deuxième "geste d’artiste" chez lui montre le développement d’une peinture gestuelle : les mots sont toujours présents. La violence et l’agressivité de ses toiles témoignent d’un message qu’il tente de faire passer. Ces gestes d’artistes s’achèveront assez tôt : Jean-Michel Basquiat meurt huit ans plus tard.

JPEG - 62.6 ko
Untitled (1981), Jean-Michel Basquiat
JPEG - 33.9 ko
Untitled (1983), Jean-Michel Basquiat

Charles The First (1982/2005)

GIF - 270.7 ko
Untitled (1984), Jean-Michel Basquiat

Ressources et interviews :

>> Entretien avec Marc Mayer, directeur général du Musée d’art contemporain de Montréal

>>> interview Jean Michel Basquiat

Quelques expositions marquantes :

- une rétrospective : Musée Cantini, Marseille, 4 juillet-20 septembre 1992

- Exhibition, Whitney museum of American art, New York, October 1992 - February 14, 1993

- Exhibition, Tokyo, Mitsukoschi museum, October 28-November 24, 1997

- Témoignage, 1977-1988 : exposition, Paris, Galerie Jérôme de Noirmont, 2 octobre-27 novembre 1998

- Histoire d’une oeuvre : exposition, Paris, Fondation Dina Vierny-Musée Maillol, 27 juin-23 octobre 2003

- Museo d’arte moderna della città di Lugano, Villa Malpensata, 20 mars-19 juin 2005

- Basquiat au Brooklyn museum, du 11 mars au 5 juin 2005

- exhibition, Fondazione la Triennale du Milano, 19 september 2006 - 28 January 2007