Accueil du site > ACTUALITÉS > 1999 / UNE PERFORMANCE DE GERALD KURDIAN / LES 24 et 25 NOVEMBRE A (...)
1999 / UNE PERFORMANCE DE GERALD KURDIAN / LES 24 et 25 NOVEMBRE A PARIS

1999 / UNE PERFORMANCE DE GERALD KURDIAN / LES 24 et 25 NOVEMBRE A PARIS 1999 (ou pourquoi les méchants ont toujours l’accent russe) Une performance musicale de Gérald Kurdian

Voix, sons, plasticité et narrativité assemblés en 55m. çà tient. ou comment les sons s’assemblent aux gestes.(M.Perrier)


Gérald Kurdian qui aime à se définir comme un performeur sans « fonction précise », produit depuis qu’il a quitté les beaux-arts, des spectacles « lo-fi » articulés autour d’actions ordinaires (parler, marcher, sauter), de petites danses (mambo, tango, jerk) et de chansons d’amour. Artiste atypique et mystérieux, Gérald Kurdian était jusqu’à maintenant plutôt connu pour ses disques-maisons et ses concerts produits sous le nom de This is the hello monster ! . Récitals folks musicaux, improvisations, canulars, Gérald Kurdian semble jouer de la musique comme certains jouent au poker et cela marche ( !). Ecrites dans sa chambre, ses chansons d’amour sont composées avec des synthétiseurs et des instruments de fortune tout droit sortis de son enfance. Elles voyagent ensuite d’un médium à l’autre un peu à la manière d’un contrepoint conceptuel. Parallèlement à cette pratique de songwriter timide, Gérald Kurdian se tourne vers la danse contemporaine en intégrant la formation Ex.e.r.ce sous la direction de Mathilde Monnier et Xavier Le Roy (2007) avant de collaborer avec Estzer Salamon, Mette Ingvartsen, Xavier le Roy, etc. en France et à l’étranger. Riche de cette inscription, tant dans le domaine musical que dans celui de la chorégraphie, il s’interroge aujourd’hui avec 1999 sur les conditions de faisabilité d’un projet d’autoproduction musicale en endossant tour à tour le rôle du musicien, du chanteur, du producteur, de l’ingénieur son, du graphiste, du réalisateur de clips vidéos, etc. Prenant ici appui sur les 48 épisodes de la série Cosmos 1999 – et plus particulièrement la construction du scénario –, Gérald Kurdian se demande tout simplement si demain faire de la musique ne relèvera pas du cinéma d’anticipation.

FESTIVAL DES INACCOUTUMES / MENAGERIE DE VERRE