Accueil du site > GESTES > 1. REPERTOIRE des gestes artistiques > Yves Klein, Anthropométries de l’époque bleue.
Yves Klein, Anthropométries de l’époque bleue.

Yves Klein, né à Nice le 28.04.1928, mort à Paris le 6.06.1962, est considéré comme l’un des plus importants protagonistes de l’après-guerre avant-gardiste, malgré sa carrière artistique très courte, de 1954 à 1962. Il est notamment connu pour son bleu IKB qu’il appliquera sur de nombreuses œuvres (toiles, sculptures, et éponges). Après avoir travaillé sur la monochromie (Yves-Le Monochrome), il déclare l’ « Epoque bleue » en 1957 à Paris. A partir de 1958, il s’est lancé dans les "Anthropométries de l’époque bleue", série d’environ 180 oeuvres dans laquelle il va développer un maximum sa technique de pinceaux vivants. Le dernier grand chapitre de son Oeuvre, traite du monochrome et des peintures de feu.

Dans cet article, nous allons plus particulièrement nous intéresser aux Anthropométries de Klein.

En 1958 il commence à faire des essais en présence de l’un de ses amis judokas, où un modèle nus enduit de peinture, roulait nu sur une feuille posée au sol. Voulant ensuite faire de son œuvre une création plus maîtrisée, il change de procédé, et donne des directives précises aux modèles devant se poser sur la toile.

Quelques mois plus tard, en présence de ses confrères nouveaux réalistes, Klein fait la première performance anthropométriques dans son appartement. Sous les directives de l’artiste, le modèle se dévêtit, se fait recouvrir le tronc et les cuisses d’une solution de pigments bleus, et applique 5 fois son corps sur un papier collé au mur comme Klein lui avait demandé.

La première présentation publique des Anthropométries de l’époque bleue, a lieu le 9 mars 1960 à la Galerie nationale d’Art Contemporain. Yves Klein voulait que ses Anthropométries deviennent plus qu’une performance artistique, un rituel. Le public devaient impérativement venir en tenue de soirée,Yves vint en costume noir, et sur un signe de sa main l’orchestre présent commença sa « Symphonie monoton » (un son continu et ininterrompu de 20 minutes, suivi d’un silence de 20 minutes. Pendant ce temps 3 modèles nus entrèrent dans la salle avec des pots de peinture bleue, s’en sont mis sur le corps, et l’artiste dirigea ensuite ses pinceaux vivants sur la toile sans un mot.

Extrait de la Symphonie :

MP3 - 234.6 ko

Les mois suivants, il a fait sa série anthropométrique, ANT, comportant 150 œuvres (numérotées entre 1 et 150) ; il aussi fait une trentaine d’anthropométries suaires ANT SU, (numérotées entre 1 et 30) Elles se distinguent par la taille la technique et la forme.

JPEG - 180 ko
ANT 13
JPEG - 153.2 ko
ANT 64
JPEG - 165.8 ko
ANT 74

La taille du tableau varie selon la morphologie du ou des modèles, les anthropométries se répartissent en plusieurs catégories : les anthropométries statiques, dynamiques, positives, ou négatives (qui consistent à vaporiser de la peinture au pistolet autour du modèle, pour que sa forme physique reste vierge). Les deux techniques peuvent être parfois combinées.

JPEG - 134.2 ko
ANT 96, Human begin to fly
JPEG - 244.6 ko
ANT 79
JPEG - 220.7 ko
ANT 63

Les formes du corps sont réduites à l’essentiel aux dimensions du tronc, et des jambes comme référence de mesure de corps humain. Pour Yves Klein, ces empreintes constituent la forme d’expression la plus concentrée de l’énergie vitale. Il disait qu’ « elles signifiaient cette santé qui nous mènent à l’être. » L’un des sujets principaux des Anthropométries, est l’apesanteur. Dans le tableau ci dessous, il résume les idée concernant la climatisation de la Terre, les empreintes atmosphériques et les moments d’état en pleine nature.

JPEG - 678.5 ko
ANT 102, architecture de l’air

Avec ce geste, Yves Klein a approfondi son rêve de contribuer à la réconciliation et à l’harmonisation du monde entier. L’ Homme serait libéré de toute technologie, et toute commercialité. « L’homme libre l’est a tel point qu’il peut léviter » Y. Klein