Accueil du site > ACTUALITÉS > Actions /// 12-12 Mars 2010 DIJON
Actions /// 12-12 Mars 2010 DIJON

Actions

Performance, danse, théâtre, musique, cinéma, conférence Temps-fort autour des nouvelles formes de création

organisé par l’Atheneum, en partenariat avec Grand Ensemble avec le soutien du Consortium

12 et 13 mars 2010

Vendredi 12 mars à partir de 20h30

Les Sisyphe x 10 [Julie Nioche – Performance collective]

Performance de la chorégraphe Julie Nioche par un groupe d’étudiants, inscrits à l’UE culture, ayant suivit l’atelier de préparation donné en collaboration avec la kinésithérapeute Gabrielle Mallet. La performance Les Sisyphe x 10 est la démultiplication d’une partie du solo de Julie Nioche : La Sisyphe. C’est une déclinaison de sauts, sur la chanson The end chantée par The Doors, sorte de mouvement sans fin poussant les interprètes jusqu’ à l’épuisement. Cette performance convoque un certain état de revendication vécu par chacun à différents moments de sa vie. Il s’agit de cette sensation de « rage » indéfinissable, souvent improductive et pourtant si palpable qui pousse à faire des actes considérés comme inutiles.

Parlement [Joris lacoste / Encyclopédie de la Parole]

Parlement est un solo composé à partir du corpus sonore de l’ "Encyclopédie de la parole" : la partition se compose d’enregistrements de paroles aussi diverses qu’une plaidoirie, un message de répondeur, un discours politique, une déclamation poétique, une publicité, un extrait de sitcom, un prêche religieux, un commentaire sportif... En faisant se succéder une centaine de voix à l’intérieur d’un même corps, celui de l’actrice Emmanuelle Lafon, Parlement génère un discours transformiste et poétique, traversé par la diversité de la parole humaine.

Samedi 13 mars à partir de 16h à la Nef

Qu’est-ce qu’une performance ? [conférence]

En présence des artistes. Plongée [Vincent Dupont – film chorégraphique] Après plusieurs pièces chorégraphiques, Vincent Dupont aborde pour la première fois l’outil cinématographique ; Plongée prolonge ses recherches sur les relations entre le corps, l’espace et le son en se concentrant sur la lumière, le cadre, le temps et le mouvement. Regarder l’image, partir de l’œil, de la lumière, pour être avec elle et que le temps s’inscrive comme dégagé de tout. Avec le corps, qui à cet instant, deviendrait comme la preuve du passage à l’image animée, et des sons comme des filtres qui seraient liés au corps, à son souffle à sa respiration. "L’histoire pourrait être, car il y a toujours une histoire, celle de trois corps qui essayent de redonner vie à leurs images, et les choix qu’ils opèrent alors pour investir le cadre. Sans doute devrons-nous utiliser certains outils, certains rituels, en inventer, pour définir la force de cet engagement." V. Dupont

Samedi 13 mars à partir de 19h30 à l’atheneum

Musica da camera [Silvia Costa]

Musica da camera travaille à l’affaiblissement de la normale perception de la musique. Devant le vrai instrument la vue devient aussi importante que la l’ouïe. Le spectateur devra écouter la musique par ses yeux parce que soyez devant une vision sourde. Le projet se construit avec un groupe de musiciens ou d’étudiants musiciens locaux qui constituent le quatuor. Performance pour 6 à 20 personnes proposée à 19h30, 20h, 21h, 21h30 et 23h

I am 1984 [Giuseppe Chico / Barbara Matijevic]

C’est à une conférence très sérieuse que se livrent les artistes ; prenant l’année 1984 comme référence et en établissant des connexions entre des éléments autobiographiques et certains faits de l’histoire des Etats-Unis, ils construisent une cartographie d’un méli-mélo d’événements et d’effets disparates. Barbara Matijevic, danseuse d’origine croate et Giuseppe Chico, comédien italien, décryptent avec beaucoup d’humour et de virtuosité les codes de nos sociétés et tissent des relations parfois invraisemblables entre des références qui nous appartiennent. Nous pauvres petits habitants du grand village mondial…

Rire [Antonia Baehr]

Pour son anniversaire, Antonia Baehr a demandé à ses amis et à sa famille de créer des « partitions de rire » centrées sur l’acte de rire et non sur le désir d’être drôle. Sur scène, elle interprète ces scripts protéiformes et, par la multiplication, s’aliène progressivement de son propre rire, c’est-à-dire de l’une de ses caractéristiques identitaires majeures. La comédie n’est pas un but mais la contagion est un effet secondaire inévitable.

INFOS PRATIQUES

L’atheneum est situé au coeur du campus de Dijon, derrière l’UFR de Lettres, entre la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres et la Maison de l’Étudiant. Bus Divia : Liane 5, arrêt Erasme http://atheneum.u-bourgogne.fr/