Accueil du site > ACTUALITÉS > Walk-Man 1 | parcours sonore / H.Lelardoux ( 27-29 mai 2010 (...)
Walk-Man 1 | parcours sonore / H.Lelardoux ( 27-29 mai 2010 Paris)

Théâtre de l’Arpenteur

de Hervé Lelardoux

mise en scène Hervé Lelardoux | comédiens Katia Lutzkanoff, Fred Renno | mise en son Cedrick Gonod

Une ville tisse des liens secrets, sensibles, imaginaires avec ceux qui y vivent. Chacun porte en lui une géographie personnelle de sa ville, qu’il élabore au cours de sa vie, selon son histoire, ses parcours, ses rencontres, ses souvenirs… Chaque mètre carré d’une ville a été le lieu d’une histoire importante pour au moins une personne. Aborder la ville par son côté intime aura amené le Théâtre de l’Arpenteur à concevoir un spectacle pour un seul spectateur : Walk Man 1. Le spectateur évolue seul guidé par un walkman, livré à lui-même, confronté à l’espace, à son inscription dans cet espace réel, qui, du fait de sa présence, devient théâtral. Il devient le personnage central de l’histoire. Il se trouve seul avec son casque, seul avec la voix d’une présence invisible qui lui « ouvre le chemin », non pour une visite touristique à travers un lieu, mais pour un voyage vers ses souvenirs d’enfance et vers sa propre mémoire.

On laisse la poésie et l’imaginaire s’échapper d’une perspective urbaine. On se surprend à suivre un pas de femme entre les pavés. Peu à peu, on passe de l’espace public à la sphère privée. On glisse dans l’intimité. On finit une heure plus tard, repu de s’être joué du réel, content d’avoir joué d’indiscrétion avec nos concitoyens, conscient que la ville n’est qu’une petite rumeur de l’addition de nos vies. Gilles Kerdreux, Ouest France

production Théâtre de l’Arpenteur, Rennes | soutiens Ministère de la Culture/DRAC Bretagne, la Ville de Rennes, le Conseil régional de Bretagne, le Conseil général d’Ille et Vilaine

resa

« Depuis 1998, l’Arpenteur développe le concept "Ville Invisible" : une démarche consacrée à l’imaginaire urbain, une recherche constante de nouvelles formes théâtrales, d’autres façons d’inscrire le théâtre dans la cité, et de multiples manières de mettre en relation un public avec ses espaces de vie quotidiens. En réinterrogeant le théâtre, c’est le réel que nous interrogeons. Notre scénographie, c’est l’espace urbain à l’état brut ; la ville constitue la matière même de nos spectacles. Par la mise en scène du public dans sa ville, nous la questionnons. »

Le Théâtre de l’Arpenteur de Rennes proposait au mois d’octobre 2004 les nouvelles versions d’un spectacle en trilogie, intitulé Walk Man 1, 2 et 3. Grâce à un casque de walkman posé sur les oreilles, nous sommes invités à « écouter la ville et la voir autrement », en la parcourant dans trois cadres différents. De jour et seul, d’abord, dans les Prairies Saint-Martin, avec pour unique compagnon la voix d’une rencontre éphémère qui nous guide dans les jardins ouvriers (Walk Man 1 : parcours sonore). Puis assis et dans le noir, dans une salle de spectacle, pour écouter déambuler dans les rue de Rennes des aveugles accompagnés d’acteurs (Walk Man 2 : parcours immobile). De nuit et en groupe, enfin, dans le centre-ville de Rennes, dirigés par le guide de notre groupe de douze personnes venues de 2224 pour visiter Rennes en 2004 (Walk Man 3 : petite rumeur)...

Réussites totales, œuvres belles et poétiques, intelligentes et émouvantes, ces trois spectacles offrent une réflexion sensible et intellectuelle passionnante sur les rapports entre Ville et Mémoire, déclinés sous plusieurs formes. De l’imagination d’une mémoire propre à l’invention de la mémoire de la ville du futur, du public « funambule, entre présence et absence » de Walk Man 1 au public noctambule de Walk Man 3, la mémoire personnelle et collective, inventée ou réelle, se heurte et se marie à la ville fantasmée, vécue et parcourue. Le rapport de chacun à la mémoire et à la ville entre alors dans la composition de l’œuvre, et le public devient partie intégrante d’un spectacle qu’il fait vivre, par ses mouvements, sa perception, ses souvenirs et son imagination.

En compagnie du metteur en scène et créateur Hervé Lelardoux et de ses réflexions lumineuses, retour et regards sur ces spectacles à la forme audacieuse et au contenu passionnant.

interview