Le Merzbau

Né à Hanovre en 1887, Kurt Schwitters a suivi des cours de dessin à l’académie de Dresde et à celle de Berlin. Ses œuvres, d’abord figuratives, subirent l’influence de tous les mouvements d’avant-garde du début du XXe siècle. C’est en 1918 que l’artiste tourne le dos brusquement et définitivement à la peinture traditionnelle, même sous ses formes les plus avancées. Peu à peu, il se compose, entre 1918 et 1920, une esthétique personnelle, fondée sur la substitution de déchets et de détritus de toutes sortes aux matériaux nobles (huile, couleurs, pigments). Exclu du mouvement Dada Berlin, il réagit en fondant Dada Hanovre. Ce mouvement était fondé sur l’apolitique (à l’opposé des conceptions de Dada Berlin, qui était un mouvement engagé politiquement), le fantastique et le constructivisme. En 1937, Schwitters quitte définitivement l’Allemagne ; ses œuvres sont retirées des musées et quatre d’entre elles sont présentées à Munich à l’exposition de l’Art dégénéré.

Grand " fouilleur " de la société industrielle et de la réalité urbaine, il intégrait à ses œuvres tout ce qu’il trouvait au hasard de ses recherches : billets de tramway, cigares, fil de fer, bref, tout ce qui avait été rejeté par la société. L’artiste, refusant une reproduction illusoire de la réalité, faisait au contraire " entrer " la vie, de façon fracassante, dans le domaine de l’art. Pour Schwitters, le monde entier pouvait en effet constituer une œuvre d’art. L’artiste appela ses constructions " Merz ", partie centrale du mot Kommerzbank.

À partir de 1920, Schwitters étendit à d’autres domaines sa conception de l’" art total Merz ", et notamment à l’architecture, au théâtre et à la poésie. Dans son logement à Hanovre, il entreprit cette même année l’édification d’une immense structure en plâtre et en matériaux divers, la "Schwitters-Säule" (colonne Schwitters), qui envahit peu à peu toutes les pièces et même tous les étages de sa maison et qu’il baptise du nom de Merzbau (construction Merz) ; elle était en outre sans cesse modifiée par l’artiste.

Le Merzbau à Hanovre était un intérieur d’une manière fantastiquement construit, aussi ahurissant qu’il était abstrait. Les murs et le plafond ont été couverts de divers objets et constituaient par endroits des grottes. Certains objets obstruaient totalement ces dernières par des additions postérieures au travail, avec le résultat que leur contenu puisse avoir seulement existé dans la mémoire de l’artiste. Le Merzbau était - selon le principe - un travail inachevé et continué à se développer, changeant constamment. Le point de départ du travail était le studio de Schwitters dans sa maison au numéro 5 Waldhausenstrasse. Toutefois le travail s’est développé jusqu’à envahir tout son espace car, juste avant l’émigration de Schwitters en Norvège, huit pièces avaient été "merzées", y compris la lucarne dans le toit et l’espace sous le balcon de groundfloor. Le centre réel du Merzbau était la Schwitters-Säule. L’artiste avait par le passé remarqué que tout ce qui était d’une quelconque importance pour lui a été contenu dans le Merzbau. Ce rapport se réfèrait non seulement aux idées et au concept artistique global de Schwitters mais également aux objets concrets et journaliers : des souvenirs des amis et d’autres choses de valeur sentimental ont été stockés dans les places et murés dedans plus tard. Il y avait des grottes, par exemple, pour Hans arp et Theo van Doesburg et d’autres comme consacrées aux choses et aux idées abstraites, par exemple une grotte de l’Amour.

En définitive, le Merzbau était un genre de bâtiment des réminiscences personnelles et historiques, une sorte autobiographie construite et en construction car en perpétuelle évolution. Cette autobiographie était alimentée par les objets que l’artiste y rajoutait mais surtout par le fait qu’il vivait dans son Merzbau, ce qui témoigne de son immersion totale dans son art. Cette construction dans laquelle Schwitters a voulu concrétiser ses aspirations et ses hantises, témoignage unique de sa personnalité, fut malheureusement détruite lors des bombardements, en 1943. Le projet sera repris par Schwitters en Angleterre sous le nom de Merzbarn (grange Merz).