Accueil du site > ACTUALITÉS > Quand le cirque rencontre la danse - 25 janvier 2011
Quand le cirque rencontre la danse - 25 janvier 2011

Mardi 25 janvier 2011, 10h-13h

à HorsLesMurs,

Quand le cirque rencontre la danse • "L’écriture de Mouvement, notation Benesh, pour les arts du cirque", par Kati Wolf • "Interprètes au travail, le cas des danseurs circassiens", par Agathe Dumont

Ecriture de Mouvement Benesh

Présentation par Kati Wolf, artiste de cirque, en formation de Notation de Mouvement. La Notation du Mouvement Benesh est un code d’écriture pour noter tout mouvement humain, dans l’espace-temps. La Notation Benesh peut contribuer à la communication écrite des gestes et mouvements circassiens et la création d’un patrimoine des arts du cirque. Il permet de disposer d’un support neutre de transmission ou de recherche sur une oeuvre. Pour la pratique d’un artiste, analyser et mettre sur papier un travail physique aide à le maîtriser d’une manière complémentaire. Le système est construit sur des principes d’économie et de rapidité dans l’écriture et son fonctionnement tient compte du contexte et de la connaissance de l’artiste. La présentation commencera par une explication de la genèse et des bases du système. Par la suite, Kati Wolf proposera une lecture de quelques gestes écrits et un échange sur l’intérêt de la notation pour les arts du cirque. En parallèle, une exposition de partitions et de ses recherches de notation pour le cirque sera présentée. « ...l’écrit est l’outil de la connaissance. » Rudolph Benesh

Kati Wolf est berlinoise, née en 1967. Bac allemand, DMA cirque. Arrive en France en 1991, engagée par le Cirque en Kit. Curieuse d’apprendre les arts aériens tout en travaillant, elle continue sa route avec plusieurs compagnies et rejoint le Cirque Baroque pour trois créations (Candides, Ningen et Frankenstein). Parallèlement, elle fait partie de la Cie Transe Express comme trapéziste (Mobile Homme, Maudits Sonnants et M.O.B). Après un détour au Ballet National de Marseille pour la création du spectacle Sakountala de Marie-Claude Pietragalla, elle rejoint l’Académie Fratellini d’abord comme artiste et ensuite comme collaboratrice artistique et pédagogique. En 2010, elle est engagée comme assistante à la mise en scène pour la création de La Nouba du Cirque, spectacle créé pour La Biennale des Arts du Cirque Karacena à Salé (Maroc), mise en scène par Laurent Gachet. A côté, elle continue son travail artistique personnel, avec la création de spectacles, numéros et performances entre cirque et comédie pour diverses compagnies et occasions. Elle commence des études de Notation de Mouvement, système Benesh au sein du CNSMDP en 2008. Présentations de l’écriture Benesh à l’Académie Fratellini (2009), ENACR (2010) et à la DOCH (Dans och Cirkushögskolan (2010).

Interprètes au travail, le cas des danseurs circassiens

Adopter le point de vue des interprètes dans la recherche permet d’aborder conjointement les pratiques et les représentations. Au début de la décennie 1990, le chorégraphe canadien Edouard Lock conclue ainsi un entretien, au matin d’une tournée internationale avec sa pièce Infante, c’est destroy : «  Un jour, on fera des chorégraphies sans gravité et on se demandera comment on arrivait autrefois à créer des chorégraphies où chaque saut entraînait une chute. » (Extrait d’un entretien avec Chantal Pontbriand, en 1991). Vingt ans après, où en sommes-nous dans ce défi constant adressé à la gravité ? Danseurs et circassiens répondent différemment à cette question et c’est à travers l’analyse des spectacles, des discours et du geste que nous avons choisi d’interroger ce performer contemporain, danseur-circassien ou acrobate-danseur. Physiologiques, esthétiques, sociologiques, les enjeux et les outils sont nombreux et se croisent pour définir l’état performatif de l’interprète (entre) cirque (et) danse.

Agathe Dumont, doctorante en arts du spectacle à Paris 3 et ATER en danse à Lyon 2. Agathe Dumont est danseuse et chercheuse en danse. Après une formation universitaire en arts du spectacle et au service des activités physiques et sportives de l’université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, elle termine son doctorat sur la question de la virtuosité chez les interprètes contemporains (danseurs, breakeurs, acrobates). Après avoir enseigné à l’Institut d’études théâtrales de l’université Paris 3 et au département STAPS de l’université Paris Ouest, elle est désormais attachée temporaire d’enseignement et de recherche en danse à l’université Lumière Lyon 2. Depuis plusieurs années, elle collabore et coordonne les « Ateliers des doctorants », au Centre National de la Danse et participe à de nombreux projets de recherche en créant notamment la revue Traits-d’Union, qu’elle codirige depuis 2008. Intervenante en danse et interprète, elle a travaillé avec la compagnie Communic’Arte, le Théâtre à Venir et la Presque Compagnie, elle a récemment participé à un projet de recherche-création avec Emilie Martz-Kuhn au Laboratoire des nouvelles technologies de l’image et du son de l’université Laval (Québec).

HorsLesMurs centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque

68 rue de la Folie Méricourt 75011 Paris Tél. 01 55 28 10 10 • info@horslesmurs.fr Accès : M5, 9 Oberkampf / M3 Parmentier www.horslesmurs.fr