Accueil du site > ACTUALITÉS > AUTOUR DE LA TABLE/ Loïc Touzé
AUTOUR DE LA TABLE/ Loïc Touzé

AUTOUR DE LA TABLE

Anne Kerzerho et Loïc Touzé

Ce projet propose de réunir, de manière inédite, autour de la question des savoirs et pratiques du corps, artistes, chercheurs et, plus largement toute personne qui dans sa pratique professionnelle engage un rapport avec le corps. Il est sous-tendu par des enjeux de circulation et de réciprocité dans l’échange de savoirs sur le corps qu’il s’agit de mettre en représentation, de « performer » en quelque sorte et de restitution de la place du citoyen dans la production de pensées et de pratiques du corps. Autour de la table prendra la forme d’une manifestation qui se déplacera en France et à l’étranger afin de saisir la pluralité des savoirs et usages du corps à l’aune de différents contextes culturels.

1/ Circulation et réciprocité dans l’échange de savoirs sur le corps

« Le vingtième siècle a inventé théoriquement le corps » . Ce constat témoigne du formidable champ d’investigations ouvert au siècle dernier. Ces investigations philosophiques, anthropologiques, sociologiques, médicales ont profondément bouleversé les statuts, usages et représentations du corps. Elles ont trouvé et trouvent écho dans le champ de l’art, et, notamment, dans le champ chorégraphique. Le mouvement en retour est moins repérable, la pratique chorégraphique (et plus largement la pratique artistique) génère des savoirs trop rarement mis à profit dans d ?autres champs. Aussi, ce projet propose de reconsidérer les liens entre pratique et théorie, de valoriser l’expérience du corps dans sa capacité à nous fournir des moyens de compréhension du monde. Une place est donc à trouver où s’échangent ces savoirs et pratiques non pas dans un entre soi (entre « spécialistes ») mais bien au contraire d’en faire un espace d’expériences publiques. Car les questions relatives au corps, à la croisée de l’intime et du public, de l’individuel et du collectif, préoccupent tout à chacun. Cette hétérogénéité de savoirs et d’expériences du corps, exposée dans un même espace/temps et partagée avec une large audience, offre la possibilité d’une pluralité de lectures, d’interprétations passant outre les hiérarchies établies et laissant place à la constitution d’un regard singulier et émancipé. C’est cet enjeu d’émancipation intellectuelle que nous rechercherons au sein de ce dispositif performatif et participatif.

L’objectif sera donc ici de renouveler la forme de la conférence en proposant une horizontalité de l’échange qui loin d’aplanir la singularité des intervenants et des participants ne préjugera pas de leur positionnement respectif (celui qui transmet et celui qui reçoit ; celui qui sait et celui qui ignore, celui qui pense le corps et celui qui le pratique), s’affranchissant ainsi des hiérarchies implicites de savoirs et de paroles.

Dans sa forme, Autour de la table conviera dans un même espace au cours d’une soirée 50 intervenants chacun ayant à faire dans sa pratique professionnelle à la question du corps. Dans cet espace, autant de tables que d’intervenants réunissant 4 personnes (en plus de l’intervenant), invitées au cours de la soirée à s’asseoir et à prendre part à plusieurs « tables ». A chaque table, l’échange commence non pas par la communication de l’intervenant mais par la prise de parole de chacune des personnes composant ce « public- contributeur » sur ce qu’elles projettent, entendent de la thématique annoncée. Ce renversement dans la distribution de la prise de parole constitue la première règle de cette performance qui s’organise comme un jeu et selon une partition visant à orchestrer la diversité des interventions et à s’adapter selon les contextes culturels.

2/ Quels intervenants ? : valoriser les ressources locales

L’opportunité d’un projet tel qu’Autour de la table sera de valoriser les ressources locales. Ainsi, le choix des intervenants procédera non pas d ?une ou de thématique(s) définie(s) au préalable mais sera déterminé par ce qui émerge du territoire. En amont de la manifestation, une investigation de l’environnement du projet Autour de la table sera menée afin de rencontrer et rendre visible, publique les diverses communautés à l’oeuvre sur la question du corps : artistes, chercheurs, juristes, religieux, acteurs de la santé, sportifs, artisans, ?la liste est ouverte, non définitive, non exhaustive. Ce travail d’investigation distingue le projet Autour de la table dans sa capacité à documenter un territoire, sorte de cartographie sensible et subjective des savoirs et des pratiques autour du corps à l’oeuvre sur un territoire.

3 / Une manifestation européenne : « Autour de la table » à Nantes, Lisbonne et Istanbul

« Ce que peut le corps ». Depuis le texte fondateur de Marcel Mauss « les techniques du corps », l’idée du corps comme « fait social total » est aujourd’hui largement partagée. À la fois façonné par des normes culturelles, sociales, économiques (le corps au travail), le corps est aussi le lieu d’une expérience subjective du rapport de soi au monde. Déplacer cette manifestation dans différents contextes en Europe est l’opportunité de saisir la pluralité mais aussi ce qu’il y a en commun, en partage s’agissant des représentations et usages du corps. Instance où ne cesse de se renégocier ce qui relève de l’intime et du collectif, la question du corps nous semble, en effet, être particulièrement féconde pour explorer en acte la possibilité d’une expression culturelle européenne. Aussi, envisageons-nous le déplacement de cette manifestation dans différents contextes européens selon les modalités suivantes : la coopération consistera en une transmission de la partition du projet « Autour de la table » qui liste les règles de jeu mais reste suffisamment ouverte pour que les différents partenaires puissent s’en ressaisir et l’aménager à leur façon et selon leur environnement. Si nous apportons l’idée originale et sa transposition en une partition, les partenaires sont co-auteurs d’une manifestation qu’ils redessinent et organisent en lien avec leur contexte. Il nous importe que ce projet soit mis en oeuvre par des artistes et/ou acteurs de la scène chorégraphique de Lisbonne et d’Istanbul. « Autour de la table » représente une opportunité formidable pour élargir et intensifier les relations entre une communauté chorégraphique et l’environnement dans lequel elle est active. Ce lien existe déjà évidemment, il est riche de l’ensemble des projets que les artistes mènent dans une ville (représentations, activité de formation, ouverture et échange avec d’autres champs de la société) mais il reste souvent peu visible, audible à l’échelle d’une cité. « Autour de la table » par le travail de prospection et de décloisonnement qu’il sous-tend est une façon d’être « à découvert » et de redécouvrir un territoire. Enfin, deux raisons président au choix des Nantes, Lisbonne et Istanbul comme lieux de réalisation de cette manifestation. La première se fonde sur la connaissance et les liens entretenus avec la scène chorégraphique à Lisbonne et à Istanbul. Ces affinités sont primordiales dans notre désir de collaborer et d’imaginer ensemble le déploiement de ce projet dans d’autres contextes. Le choix de Nantes, quant à lui, s’impose par l’implantation récente de l’association ORO- Loïc Touzé et le souhait de prendre appui sur « Autour de la table » pour aller à la rencontre de cette ville, de ses acteurs et de ses habitants. La seconde raison tient à la position géographique de ces trois villes portuaires. Aux confins de l’Europe, elles sont, par leur position, emblématiques de l’ouverture revendiquée de cette manifestation qui se joue des phénomènes de clôture entre les pratiques et les savoirs.

Anne Kerzerho et Loïc Touzé