Accueil du site > ACTUALITÉS > A la vie délibérée/ Villa d’Arson
A la vie délibérée/ Villa d’Arson

Une histoire de la performance sur la Côte d’Azur de 1951 à 2011

Galeries du patio et des Cyprès 1er juillet - 28 octobre 2012 Vernissage le samedi 30 juin à 17h

A la vie délibérée ! est conçue comme l’aboutissement d’un programme de recherche mené par la Villa Arson depuis septembre 2007 – grâce au soutien constant du Conseil général des Alpes-Maritimes - sur l’histoire de la performance sur la Côte d’Azur de 1951 à nos jours. Il s’agit de restituer au public lors de l’été 2012 le fruit de ces investigations par la mise en ligne d’une base de données - performance-art.fr - la plus exhaustive possible sur le sujet, une publication et une exposition réunissant photos, vidéos, documents, récits écrits ou oraux pour la plupart inédits, dans une scénographie conçue comme la restitution d’une enquête, une revue dispersée dans l’espace, une publication à visiter.

La performance se caractérise par l’art du geste ou de l’action accomplis ou organisés par un artiste en public, ou du moins dans les conditions d’un rapport avec le public, sur un temps donné, même si elle peut être répétée selon les contextes. Il s’agit de déstabiliser les conventions esthétiques, notamment en décloisonnant les genres (arts plastiques, musique, théâtre, danse, poésie, cinéma...) tout en mêlant cultures savantes et populaires.

L’aventure débute en 1951 et 1952 avec la présence des Lettristes au Festival de Cannes, avec notamment la projection en 1952 du film sans images et sans pellicule Tambours du Jugement Premier de François Dufrêne conçu comme une véritable performance collective. La recherche passe ensuite par les inventions formelles d’Yves Klein et d’Arman dès le milieu des années 1950, puis par le Nouveau Réalisme, Ben et son Théâtre Total et Fluxus, la présence de George Brecht et de Robert Filliou à Villefranche-sur-Mer avec La Cédille qui Sourit entre 1965 et 1968.

Au-delà de ces pères fondateurs, l’art-action ne cesse jusqu’à aujourd’hui de se renouveler grâce à la créativité et l’énergie de dizaines d’artistes créateurs des nouvelles formes qui traversent les époques : Marcel Alocco, Antonio Alvarez, Éric Andreatta, Dominique Angel, Alain Arias-Misson, Arman, Dan Azoulay, Éléonore Bak, Barathon, Marcel Bataillard, Ben, Emmanuel Benichou,Stéphane Bérard, Daniel Biga, Julien Blaine, Georges Claude Boissonnade, Jean-Michel Bossini, Caroline Bouissou, Antoine Boute, Robert Bozzi, Frédérik Brandi, George Brecht, Olivier Brodet, Stanley Brouwn, Jean-Claude Bussi, Anna Byskov, Lucille Calmel, Gilbert Caty, Loïc Connanski, Hervé Courtain, Michel Cresp, Niki de Saint Phalle, Robin Decourcy, Robert Delford Brown, Erik Dietman, Roger Diron, Noël Dolla, Charles Dreyfus, Marcel Duciel, Joël Ducorroy, François Dufrêne, Jean Dupuy, Bruno Duval, Éric Duyckaerts, Robert Erébo, Kristof Everart, Daniel Farioli, José Ferrandi, Robert Filliou, Filt FAct, Fred Forest, Yves Fournier, Jean-Baptiste Ganne, Olivier Garcin, Paul-Armand Gette, DooHwa Gianton, Claude Gilli, Jean-Pierre Giovanelli, Dany Gobert, Daniel Grenier, Groupe Signe, Guignol’s band, Alexandra Guillot, Yoko Gunji, Aymeric Hainaux, Raymond Hains, Raoul Hébréard, Bernard Heidsieck, Carsten Höller, Joël Hubaut, Isidore Isou, Joe Jones, Pierre Joseph, Michel Journiac, Judith Kele, Jacques Kober, Arnaud Labelle-Rojoux, Eve Lafarge, Thierry Lagalla, Renaud Layrac, Pierre Le Pillouër, Virginie Le Touze, Jean-Jacques Lebel, Bob Lens, Pierre Lequien, Jacques Lizène, George Maciunas, Roland Marghieri, Denis Martinel, Jean Mas, Mass Moving, Florent Mattei, Paul McCarthy, David Medalla, Bruno Mendonça, Roland Miller, Joachim Montessuis, Élisabeth Morcellet, Joseph Mouton, Patrick Moya, Jeanne Moynot, Georges Mucciarelli, ORLAN, Julien Ottavi, Gina Pane, Philippe Parreno, Gilbert Pedinielli, Charles Pennequin, Philippe Perrin, Ernest Pignon-Ernest, Pierre Pinoncelli, Michel Redolfi, André Riquier, Claude Rosticher, Mimmo Rotella, Ruy Blas, Roland Sabatier, Sales Gosses, Anthony Scott, Serge III, Josée Sicard, SWIZ Groupe, L. Ron Swizhard, Sophie Taam, Jean-Paul Thenot, Bernard Tréal, Anne Marie Tréal-Bresson, Wink Van Kempen, Charly Van Rest, Annie Vautier, Bernar Venet, Jean-Luc Verna, Thierry Vincent, Junko Yamasaki, Shingo Yoshida.

Partant du principe qu’il ne reste des performances que des images et des légendes, la scénographie de l’exposition est conçue comme la restitution d’une enquête, une revue dispersée dans l’espace faisant la part belle à la reproduction de photographies et de documents, ainsi qu’aux récits écrits ou oraux récoltés auprès des artistes acteurs ou initiateurs des performances. La plupart de ces récits seront édités dans un journal en format tabloïd faisant office de publication pour l’exposition. Évitant les effets chronologiques ou nominatifs, il s’agit également de prendre appui sur les différentes topologies des actions (bord de mer, centres commerciaux, rues, villages, bars, atelier d’artistes,espaces alternatifs, commerces, galeries, ...), prouvant que les artistes ont très souvent conquis leurs propres territoires en s’affranchissant des espaces traditionnels de la représentation.

Enfin, le 30 juin 2012, jour de l’ouverture de l’exposition, correspond à la mise en ligne de la base de données performance-art.fr la plus exhaustive possible sur le sujet, réunissant toutes les informations collectées par cinq années de recherche. L’ergonomie et la conception graphique de ce site ont été confiées au groupe g.u.i (www.g-u-i.net) expérimenté dans la transposition des médias dits variables (pratiques sonores, danse, performance) pour le web. En adéquation avec les caractéristiques de la performance, l’interface graphique sera à la fois mouvante et aléatoire et fonctionnera comme une plateforme de collaboration et de partage afin que les protagonistes de cette histoire puissent dans l’avenir enrichir les contenus.

Cet immense inventaire en forme d’enquête révèle une contre-histoire de la Côte d’Azur, érigée face aux fastes et aux strass de la Riviera, portée par plusieurs générations d’artistes qui ont tous pour but de déstabiliser les codes et les conventions sociales, culturelles ou politiques. En ce sens, cette aventure s’inscrit dans une véritable étude sociologique et anthropologique de toute une région, tout en épousant ou en croisant la plupart des préoccupations esthétiques des soixante dernières années. Si la performance est l’art de la limite des genres, des formes, des espaces et de la pensée et bien sûr du corps, elle est avant tout une ode à la vie et un choix de vie : À la vie délibérée !

Pour en savoir plus

Directeur du programme de recherche : Éric Mangion Chargé de la recherche : Cédric Moris Kelly, assisté de Christine Bavière Commissariat de l’exposition : Éric Mangion et Cédric Moris Kelly, assistés de Christine Bavière La scénographie est conçue avec des étudiants de l’Ecole supérieure d’arts plastiques de la Ville de Monaco (Pavillon Bosio), sous la coordination de leurs enseignants Mathilde Roman et Renaud Layrac.

Le journal de l’exposition est réalisé par new pollution en coédition avec le journal La Strada.

Le programme de recherche a été mené grâce au soutien constant du Conseil général des Alpes-Maritimes depuis 2007. Il a également bénéficié de l’aide du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2010 et du soutien de l’Assemblée Nationale sur la réserve parlementaire de 2009 grâce à l’intervention de Muriel Marland-Militello.

Le journal La Strada et la revue Mouvement sont partenaires média de cette exposition.

Remerciements : Stéphane Accari, Frédéric Acquaviva, Mauro Alpi, Alain Amiel, Muriel Anssens, Hélios Azoulay, Deborah Bailet, Bertrand Baraudou, Tony Barthelemy, Gabriel Basso, Philippe Biancheri, Gilles Bion, Jean-Claude Bisotto, Éric Blanco, Géraldine Bloch, Florence Bonnefous, Alain Bottaro, Pascal Broccolichi, Michèle Brun, Denis Castellas, Marie-Katherine Chapy, Philippe Chartron, Denis Chollet, Nicolas Clair, Nicolas Couturier, Éric De Backer, Maryline Desbiolles, France Delville, Christian Depardieu, Catherine Delserre, Charles Dreyfus, Benjamin Ferrachat, Jean Ferrero, Christian Gallo, Mathias Girard, Alain Girelli, Marc Guillaumin (Marc’0), Emmanuel Guy, Magali Halter, Béatrice Heyligers, Hélène Jourdan-Gassin, Yves Kneusé, Julia Lamboley, Lucie Landais, Philippe Langlois, Renaud Layrac, Bertand Le Bars, Laurence Le Bras, Claudie Lenzi, Odette Lepage, Isabelle Lombardot, Laure Matarasso, Jean-Pierre Mirouze, Raphaël Monticelli, Daniel Moquay, Laure Mouzon, Yousra Mrabet, Matthieu Paillard, Evelyne Pampini, Claudine Papillon, Christine Parasote, Roxanne Petitier, Jean-Marc Pharisien, Vincent Puig, Florence Pustienne, Jean-Philippe Racca Vammerisse, Mathilde Roman, Michel Sajn, Nicolas Sauret, Philippe Siauve, Bachir Soussi Chiadmi, Macha et Sacha Sosno, Floriane Spinetta, Jérémy Strauch, Michou Strauch, Mélanie Sweeny, Cédric Teisseire, Florent Testa, Annie Vautier, Eva Vautier.

Appel à témoins La Villa Arson lance un appel auprès de personnes susceptibles d’avoir été témoins ou acteurs de performances présentées dans l’exposition ou dans la base de données. Tout témoignage pourra être enregistré par les étudiants/médiateurs entre le 1er juillet et le 28 octobre 2012. Une salle spécifique est aménagée dans l’exposition pour ces enregistrements.

Accueil des publics Pour un regard informé sur l’exposition les visiteurs sont accueillis par des étudiants de l’école d’art de la Villa Arson, véritables interlocuteurs quant aux enjeux du projet de l’exposition, des oeuvres et des démarches des artistes.

Rendez-vous / Point de vue sur les expos Un médiateur de la Villa Arson, étudiant de l’école d’art ou membre du service des publics, propose un éclairage sur une sélection d’oeuvres de son choix parmi celles présentées dans les expositions du moment. Ouverts à tous, ces rendez-vous, d’une durée de 45 mn à 1h, prendront cet été la forme de récits de performances. À 15h, tous les jours sauf le mardi (à partir du 6 juillet). Sur présentation à l’accueil des expositions, sans réservation préalable. Accès libre et gratuit.

Accueil / Librairie Un espace librairie est nouvellement créé à l’entrée du centre d’art. L’ensemble des publications et co-éditions de la Villa Arson peuvent y être achetées. Une "librairie en ligne" est également accessible sur www.villa-arson.org

INFORMATIONS PRATIQUES Le Centre national d’art contemporain est ouvert tous les jours de 14h à 18h (de 14h à 19h en juillet et août). Fermeture le mardi. Ouverture prolongée jusqy’à 21h les 27 et 28 juillet, jusqu’à 20h les 31 août et 1er septembre. Entrée libre.

+++ le site "Une histoire de la performance sur la Côte d’Azur de 1951 à nos jours" http://performance-art.fr/