Accueil du site > ACTUALITÉS > Journée d’Etudes EXPÉRIMENTATION, EXPOSITION ET LIMITES DE (...)
Journée d’Etudes EXPÉRIMENTATION, EXPOSITION ET LIMITES DE L’ART

Vendredi 29 et samedi 30 janvier 2010

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Amphithéâtre du Centre St Charles 47/53 rue des bergers 75015 Paris

Vendredi 29 janvier 9h15 – 13h00

1/ Le régime expérimental de l’art. Au-delà d’un mot d’ordre facile, comment penser l’expérimentation en art ? Examinons les résultats d’une recherche pilotée depuis l’école supérieure d’art de l’agglomération d’Annecy, et dont est issu l’ouvrage In actu : de l’expérimental dans l’art, (sous la direction d’Elie During, Laurent Jeanpierre, Christophe Kihm et Dork Zabunyan, Dijon, Presses du réel, janvier 2010).

- Accueil et présentation générale.

- Présentation de l’ouvrage In actu : de l’expérimental dans l’art, sous la direction d’Elie During, Laurent Jeanpierre, Christophe Kihm, Dork Zabunyan.

- Elie During (Université de Paris X) : Eléments pour une définition de l’expérimentation en art.

- Christophe Kihm (HEAD Genève) : Le spectateur expérimenté.

- David Zerbib (Université de Paris 1, ESA d’Annecy) : Expérimentation et modernité, l’épreuve des limites.

14h00 – 19h 2/ L’exposition des processus. Lorsque l’art tente d’échapper à l’impératif de juxtaposition d’objets dans l’espace, en quel sens a-t-il encore besoin d’exposition  ? Et si cette construction et cette médiation de la visibilité de l’art conserve une pertinence, au prix de quelles transformations des espace-temps de l’art cette conservation se produit-elle ? Entre le contexte aseptisé du white cube sur fond blanc et la profusion instable des formes et gestes du quotidien et de la culture (ainsi que celui des arts voués originellement à la scène des arts vivants) comment penser la scène contemporaine normalisée de la contradiction fondatrice d’un art contemporain tendu entre sortie des cadres et inscription stratégique ? A quoi cette scène nous expose-t-elle en tant que spectateur, artiste ou théoricien ?

- Dork Zabunyan (Université de Lille 3) : Le cinéma exposé : migration des images, migration des concepts.

- Jérôme Glicenstein (Université de Paris 8) : Le moment Szeemann et l’art des processus.

- Géraldine Gourbe (Université Paris X, ESBAM) : Entre dématérialisation et performativité : l’exposition au coeur d’une critique féministe.

- Barbara Formis (Université de Paris 1) : S’exposer au jeu : l’activité ludique comme expérimentation en danse. +ACTIVATION/INTERVENTION DU LABORATOIRE DU GESTE

- Table ronde, animée par François Aubart (Université de Rennes 2) et David Zerbib : Eric Mangion (Villa Arson), Pierre Bal-Blanc (CAC Brétigny), Julie Pellegrin (CAC Ferme du Buisson), Florence Ostende (Commissaire d’exposition indépendante), Stéphane Sauzedde (ESA Annecy).

La Carte blanche à Thierry Mouillé ECHELLE ZERO le vendredi 29 janvier 19h30 – 21h (Performances et expérimentations....)

GALERIE MICHEL JOURNIAC,47/53 rue des bergers 75015 Paris

Samedi 30 janvier 9h30 – 12h00

3/ Un cas limite : L’hypothèse Stockhausen. Comment comprendre l’affirmation du compositeur Karlheinz Stockhausen consistant à envisager les attentats du 11 septembre 2001 à New York comme une oeuvre d’art ? Richard Schechner repose les termes du problème et invite au débat. Professeur à New York University, théoricien et metteur en scène, Richard Schechner a fondé, en 1967, le « Performance Group » (devenu le « Wooster Group »), et développe depuis lors une réflexion sur les implications anthropologiques, esthétiques et politiques des formes artistiques et culturelles relevant, en un sens large, de la performance.

- Présentation, David Zerbib : La performance, le spectaculaire et le spéculaire.

- Richard Schechner (New York University) : Le 11 septembre comme art d’avant-garde.

Discutants : Jacinto Lageira (Université de Paris 1). Olivier Schefer (Université de Paris 1).

ORGANISÉ PAR Le LAAC (Laboratoire Acte Archive Concept), Unité de recherche de l’école supérieure d’art de l’agglomération d’Annecy

en partenariat avec leLaboratoire d’Esthétique Théorique et Appliquée –Centre de Recherche en Esthétique (LETA – CRE) de l’Université de Paris 1 ; Le Laboratoire du Geste