Accueil du site > ACTUALITÉS > PARUTION : Figures de l’attention. Cinq essais sur la spatialité en (...)
PARUTION : Figures de l’attention. Cinq essais sur la spatialité en danse

JULIE PERRIN, Figures de l’attention. Cinq essais sur la spatialité en danse les presses du réel, Dijon, 2012, 325 pages 18 €

Faire l’expérience d’une œuvre chorégraphique conduit le public à éprouver cette sorte de tension propre à la relation esthétique, au cours de laquelle le spectateur s’invente comme sujet sensible. Ce livre propose de considérer comment l’œuvre oriente et favorise un trajet perceptif que l’examen de la spatialité en danse met en évidence. La spatialité contribue à organiser un régime de visibilité et d’attention : elle semble jouer un rôle déterminant dans la façon dont l’œuvre sollicite le spectateur, en désignant où regarder et comment percevoir. Cette hypothèse est mise à l’épreuve des analyses successives de cinq pièces : Self-Unfinished de Xavier Le Roy (1998), Trio A d’Yvonne Rainer (1966), Suite au dernier mot : au fond tout est en surface d’Olga Mesa (2003), Con forts fleuve de Boris Charmatz (1999) et enfin Variations V de Merce Cunningham (1965). L’attention à l’œuvre chorégraphique est ainsi au cœur de la réflexion : comment chaque danse, à l’intérieur du dispositif de perception constitué par la scène occidentale, sollicite-t-elle le spectateur pour conduire son attention vers le surgissement d’une figure dansante ?

Julie Perrin

SOMMAIRE RIDEAU ?

L’ATTENTION À L’OEUVRE (EN GUISE D’INTRODUCTION)

Être spectateur, ou le point de theatron Attention et confluents Espaces et phénoménologie du regard Spatialité : vers le surgissement de la figure Partir de l’oeuvre chorégraphique, interroger son devenir critique Cinq pièces

XAVIER LE ROY, SELF-UNFINISHED OU LE BOULEVERSEMENT DU VISIBLE

Quel lieu ? La scène comme laboratoire du visible Le corps comme devenir : gestes et visions Du plateau à la scène : l’instabilité de la figure et du fond

Spatialité 1 : Logiques de la perspective et du visible

YVONNE RAINER, TRIO A OU LA DOUCE HYPNOSE

Le choix d’un film Regard sans lieu Un quotidien non photogénique : presque échapper à la perception Une distanciation mesurée

Spatialité 2 : Envers du cadre, projection et images

OLGA MESA, AU FOND TOUT EST EN SURFACE OU L’INTIMITÉ DIFFRACTÉE

Plus c’est public, plus c’est privé L’invention d’un lieu : espaces déconnectés et logique extensive de la mémoire Distances intimes

Spatialité 3 : Le plateau contrasté et ses seuils

BORIS CHARMATZ, CON FORTS FLEUVE OU LA TOPOLOGIE DISCONTINUE DES INTENSITÉS

La scène, finalement Mise à mal du visible Béance du sens

Spatialité 4 : Défiguration et récit

MERCE CUNNINGHAM, VARIATIONS V OU LA FIGURE MALGRÉ TOUT

L’attention à l’art (comme à la vie) Variations complexes Un espace abstrait ?

La figure, malgré tout (Spatialité 5)

SPATIALITÉ EN DANSE : DU FEUILLETÉ À L’ATTENTION (CONCLUSION)

La fécondité d’une question L’habiter

NOTES BIBLIOGRAPHIE INDEX DES NOMS PROPRES